Nos DVD sont les compléments parfaits de votre progression, du stage d'initiation jusqu'aux premiers Cross
 

Statique. Le gonflage et le travail au sol.

par Serge Bonin - Ecole A Tire d'Ailes

Il est admis comme une évidence aujourd'hui que les exercices de manipulations d'une voile au sol constituent la phase essentielle (essence-ciel) de la progression en parapente. Cette idée s'est imposée doucement, au fil du temps : curieusement tous ceux qui devenaient des champions de haut-vol étaient ceux que l'on avait vu, des heures durant, s'amuser avec leur aile comme avec un cerf-volant.

Certains pensent qu'une heure de statique vaut des dizaines d' heures de grand vol… A raison !

La clé de la sécurité en vol est le pilotage actif : qui mène à la Sérénité donc à l'ineffable bonheur de fendre l'azur… en étant bien plus que ce simple passager parfois (ou souvent) terrorisé à bord de son aéronef ! Le pilotage actif ? Comme chacun le sait, c'est une gestuelle précise et de l'anticipation. Simple non ? Anticiper ? Ce terme plonge certains jeunes pilotes dans un abîme de perplexité… Gestuelle précise ? C'est précisément ce que vous, apprentis oiseaux, peinez à acquérir ? Les réponses à ces questions se trouvent dans le travail au sol, car le pilotage actif débute dès la première impulsion sur les avants. Mais ce travail vise d'abord à améliorer les décollages face voile, qui permettent un contrôle visuel et gestuel bien supérieur aux décollages traditionnels dos voile.

Précautions, environnement :

Souvenez-vous des séances menées en école lors de votre stage d'initiation et tentez de recréer les bonnes conditions d'apprentissage qui permettent de progresser en sécurité. Recherchez d'abord l'aire de jeu adéquate : le top étant une immense prairie d'herbe grasse et tendre, avec l'aimable autorisation du propriétaire du lieu. Le stade de foot municipal est parfait, un terrain vague peut convenir si la surface n'est pas trop accidentée. Attention aux irrégularités, bosses et trous qui abîmeraient les chevilles. Les sols abrasifs - plage de sable, terre battue, champ moissonné de frais, graviers et neige peuvent endommager votre voile quand votre niveau n'est pas encore excellent. Gare aux sites en pente ou comportant un risque de départ en grand vol intempestif ! L'aide active d'un partenaire néophyte n'est pas conseillée voire dangereuse : pour vous, pour lui et surtout pour votre amitié. Cependant un compagnon pour vous ravitailler en eau fraîche, prendre quelques photo peut se justifier ; évitez de lui demander de remettre votre voile à plat mais jouez avec les commandes et utilisez la force du vent pour y arriver seul le plus souvent. Choisissez des conditions suffisamment douces donc ; petit vent régulier ou brise mais dont les pointes ne dépassent pas les 12 nœuds (20-22 km/h). Equipez-vous de préférence d'une sellette légère sans parachute. Un casque, des gants , de vraies bonnes chaussures constitueront votre équipement de protection indispensable. N'omettez pas l'indispensable sollicitation cardio-vasculaire et le déverrouillage des articulations.

Premiers jeux dans le vent :

Les phases de préparation, de démêlage puis les gonflages répétés et la systématisation du sens de retournement constituent nos " gammes ", à l'instar des musiciens.

Gonflage

Il existe de nombreuses méthodes de saisie du couple avants/commandes, chacune possédant ses avantages en fonction de la topographie du site, de l'aérologie... Retenez simplement que la sobriété et la simplicité du geste devraient guider vos enchaînements; Evitez donc au début les méthodes " bras croisés "et les " lâchers de commande ". Entraînez-vous à maîtriser l'intensité de l'impulsion initiale ! En lâchant vos avants juste au bon moment pour que la voile ne vous dépasse pas… mais qu'elle ne reste pas non plus à la traîne. Si vous réussissez cette montée de l'aile sans avoir à freiner pour dissiper un trop plein d'énergie : C'est gagné !

Contrôle du tangage

Le contrôle du tangage est permanent. Il peut s'effectuer à l'aide des commandes uniquement: en freinant avec justesse les abattées et en relevant les mains lors des phases de sur-incidence, vous affinerez vos gestes dans l'amplitude et dans le tempo. Initiés au plus tôt les contres seront efficaces. Pour cela, cherchez à réduire en permanence l'amplitude de tous gestes et mettez de la douceur dans le rythme de retour à une position neutre, -souvent comprise entre taux de chute mini et finesse max. Avec plus de maîtrise, vous devriez être en mesure de contrer les mouvements de l'aile sur l'axe de tangage uniquement par déplacement du poids du corps. C'est un exercice génial même si en vol c'est le retour pendulaire qui se charge de vous ramener constamment sous votre aéronef.

Contrôle du roulis

Privilégiez systématiquement le recentrage dès le début de la montée de l'aile ; si vous devez actionner une commande pour parvenir à une stabilisation correcte, c'est que le déplacement du corps sous le centre de l'aile accusait un retard certain. Ce contrôle du roulis peut s'effectuer d'abord par une action simultanée commande/déplacement du poids du corps. Une juste coordination de ces gestes nécessite des efforts … intellectuels et c'est hélas lors de cet exercice que l'on peut mesurer notre (mal)habileté psychomotrice … (Recentrage en face voile : on met du poids du côté ou l'on freine et non plus l'inverse ! ) Ensuite maîtriser le roulis avec les commandes seules ou uniquement par déplacement de la charge dans le harnais devient l'exercice principal.

Autres jeux :

Ils sont innombrables !
  • Montez votre aile sans les avants et conservez-là gonflée sans toucher à vos commandes, juste par déplacement du poids du corps… Si, si, c'est possible ! Vous apprendrez ainsi à bien charger votre sellette dans le sens du vent : charge dorsale pour initier le mouvement, charge latérale pendant le retournement et frontale sur la ventrale enfin.
  • Face voile, tentez de vous déplacer en avançant, en reculant, latéralement, en diagonale…pour atteindre un point et y rester, s'asseoir puis se coucher, se relever puis se retourner pour se retrouver en position dos voile…
  • A partir de cette position dos voile, corps tendu essayez d'amener le visage tout près du sol puis redressez-vous. ( Ca c'est fort !) Avec une maîtrise supérieure on peut enchaîner les wings puis partir en " barefoot ". Un moniteur de l'école à eu l'idée de se bricoler des chaussures à semelles de bois pour une meilleure glisse.
  • Recommencez le tout en fermant les yeux.
  • Encore une fois.
  • N'omettez pas le travail essentiel des retournements !
  • Enfin quand vous parvenez au sommet de votre art, défiez d' autres pilotes pour des joutes type " combats de voiles ". Le premier dont la voile s'affaisse a perdu.
  • En conclusion, quand vous serez celui qui tient sa voilure pile à la verticale dans une aérologie compliquée ; quand émanera de vos exercices une déconcertante impression de facilité ; quand vous ne serez plus que fluidité et douceur, élégance et maîtrise du geste ; quand à vous observer on pourrait croire que c'est un gentil souffle bien laminaire qui maintient votre profil…, alors vous aurez acquis la maîtrise du travail au sol, donc l'extraordinaire bénéfice des bases du pilotage actif! Vous ferez partie de ces oiseaux paradant en une espèce de danse du ventre langoureuse dont les mains actionnent à peine les commandes : Ils sont précis dans le timing et dans l'amplitude. Ils " sentent " venir les rafales et les ralentissements du flux d'air : Ils anticipent ! Il s'agit finalement de toujours bien garder l'alignement vertical centre de l'aile/centre de gravité. Comme en grand vol !



    A tire-d'ailes

    DTE Serge BONIN
    Place des 4 Traverses,
    05200 EMBRUN
    Tel 04 92 43 86 28
    Port 06 12 63 12 65
    Fax: 04 92 84 69 58
    E mail : info@atiredailes.com
    Site Web : http://www.atiredailes.com
    N° FFVL : 01924 N° agrément DDJS : ET000092
    N° SIREN : 445 190 721 N° B.E. 038.01.0786

    Vous êtes moniteur de parapente, si vous le souhaitez vous pouvez écrire un article pour cette rubrique, envoyez nous un mail pour nous le dire